Le meilleur moment pour planter un arbre, c'était il y a vingt ans.
Le prochain, c'est maintenant...
Le besoin de sens est probablement la chose la plus fondamentale dont l'homme à besoin dans chaque actions  de sa vie...
C'est probablement cela, le début de la sérénité, s'accorder de nouveau avec son enfance pour éprouver avec plus de justesse et de sincérité tout ce qu'il reste de beau à vivre...
J'ai fini par acquérir durablement le sentiment de l'éphémère...
Attendre qu'une autre personne vous rende heureuse est le meilleur moyen d'être malheureux...
Bâtir des ponts entre vos besoins et votre Être profond, voilà un projet porteur de sens... 
Faites attention à ce que vous voulez parceque vous l'aurez...
Vous avez deux vies; la deuxième commence à l'instant précis où vous vous rendez compte que vous n'en avez qu'une...
Le monde est plus beau parce que vous en faites partie...
Peu importe qui vous êtes ou qui vous avez été, vous pouvez maintenant être qui vous voulez...

 Les relations extraconjugales

maîtresses et amants dans les relations extra-conjugales adultères Aujourd’hui, être la maîtresse ou l’amant* d’une personne mariée est la garantie d’avoir une vie malheureuse.

Et ce comportement met clairement en exergue l’histoire de vie, la construction psychique et la mauvais estime des deux partenaires dans cette relation frustrante, faite de honte, de mensonges et d’arrangements boiteux où chacun tente de faire croire à l’autre qu’elle est la personne la plus importante mais relègue en réalité et dans les faits, l’autre à une seconde place voire carrément à un rôle de figurant. Il est très probable que cette place ait été la même autrefois dans la fratrie...même si l'enfant était unique. La transmission des comportements entre les générations se fait de manière inconsciente…Et en avant la fuite…en arrière.

Une enfance au second rôle ; c’est probablement là que réside l’origine de ce comportement : entretenir et répéter un sentiment archi-présent mais non conscient de ne pas avoir d’importance pour les autres et donc pour soi-même…tiens-tiens, la mauvaise « estime de soi » refait surface…  

* Pour les hommes, on emploie en général le terme d'amant, mais il n'a pas les mêmes connotations.

Une révolte face à un sentiment diffus d’injustice et d’incompréhension.

Pour Saverio Tomasella, psychanaliste et auteur de « les amours impossibles » (Eyrolles 2011) « ce sont des amours anxiogènes, dévoreuses, inextricables. Et quand on est face à l’inextricable, c’est qu’il était présent dans l’enfance. C’est cela qu’il convient d’interroger, afin d’éviter la répétition ».

Car il ne faut pas se tromper ou entretenir le flou : l’amant trompe sa femme. Mais l’amant trompe surtout ses propres valeurs et se diminue à ses propres yeux. Il en va de même pour la maîtresse vis à vis de son mari. En commençant seulement à envisager une relation extraconjugale, il commence donc par se mentir à lui-même. En effet, tromper est une preuve de l’échec de de la relation à l’autre mais surtout de la relation interpersonnelle vraie qu’un individu devrait entretenir avec lui-même. Il vit donc dans la souffrance ; douleur que tant de gens acceptent à force d’habitude. C’est encore la fuite.

Et à propos du mensonge Fiodor Dostoïevski* écrit :

“Tout être humain a certains souvenirs qu’il raconterait seulement à ses meilleurs amis. De la même manière, nous pourrions dire que tout être humain a des inquiétudes qu’il ne raconterait même pas à ses meilleurs amis mais seulement à lui-même, et même ainsi, il le ferait dans le plus grand des secrets. Mais il existe aussi des choses que l’on n’ose même pas se dire à soi-même. Même les humains les plus honnêtes ont un certain nombre de souvenirs inavouables à eux-mêmes stockées dans un recoin de leur esprit ». C'est donc le déni et la récurrence inconsciente de celui-ci qui fait que les situations s'enchaînent et se répètent.

Mais comme le dit l’adage « la vie est un excellent professeur, que si t’a pas compris la leçon, elle te la répète… »

Dans ces conditions, une quelconque quête du bonheur devient de facto vaine tant qu'une clarification de nos comportements n'a pas été entreprise et mise en place.

Les mensonges sont développés par les humains dans le but d'éviter la douleur, la brutalité et la confrontation; ils servent donc à tronquer ou esquiver une réalité et ont comme refuge... l'inconscience.

* "les Carnets du sous-sol" dans la collection Babel aux éditions Actes sud

Les relations adultérines : un moyen d’échapper au quotidien.

Une personne cherchant à fuir ou avoir une autre vie que celle qu’elle s’est construite n’est pas dans l’objectivité; son énergie vitale la pousse à obtenir dans une vie parallèle ce qu’elle ne peut avoir dans la vie qu’elle a actuellement. Ce comportement d’origine infantile permet de rester en prise directe avec ce que la personne a toujours connu. Elle perpétue ainsi un cycle qui la rassure mais la maintient en position d’asservissement par rapport à son idéal de vie qu’elle a depuis longtemps pris la peine d’oublier.

Paradoxalement cela implique automatiquement que sa personnalité n’est pas authentique, je dirais même qu’elle n’a pas de personnalité accomplie, surtout si l’un des conjoints mariés avoue à sa ou son partenaire illégitime être déjà marié (e) et que ce dernier l'accepte (de gré ou de force ?) . La droiture d’esprit est une vertu précieuse qui demande beaucoup d’attention mais qui procure une joie et un plaisir de vivre ineffable.

L’art de se mettre dans des situations difficiles

La capacité à se mettre dans des situations difficile est l’une des caractéristique des personnes ayant une propension à se draper de belles pensées par dessus les faits et situations qui s’avèrent être douteuses, scabreuses, inconfortables ou carrément malsaines.

Ce sont le plus souvent des personnes qui s'oublient, qui ont un manque de confiance en elle, qui ont de la peine à faire des choix ou qui avancent de manière impulsives dans la vie.

Karine, 33 ans, s’est longtemps satisfaite de sa situation de maîtresse : « Je n’ai jamais souhaité qu’il se sépare de son épouse. Ses enfants étaient encore jeunes et je ne voulais pas que leur famille se disloque. Pour avoir vécu le divorce de mes parents, j’étais parfaitement consciente qu’on ne peut pas construire rapidement une histoire sur les ruines récentes d’une rupture. » En effet il faut compter plusieurs années avant qu’une personne ayant vécu longtemps en famille soit en condition psychologique et spirituelle pour entamer un autre cheminement en couple. Ce qui n’empêche pas, durant tout ce temps, le malaise, la frustration, la jalousie et la colère de bouronner.

Et quel temps sommes-nous prêts à perdre pour éventuellement obtenir une hypothétique relation de qualité avec une personne ayant prouvé sa capacité à mener une double vie faite de mensonge et d’arrangement ?

Notez également qu’il existe une ribambelle de sites qui permettent de se maintenir dans des situations de vie inconfortables, mensongères et toxiques. Le fait de ne pas connaître le Bonheur explique peut-être pourquoi tant de gens ont réussis à en faire un sport de compétition personnel dans le domaine du mal-vivre.

Et durant toutes ces années le sentiment de bonheur s’éloigne.

…et la vie passe…

Aussi lorsqu’elle a une relation sporadique avec une tierce personne, l’amant ou la maitresse avance à chaque instant avec des douleurs, des mensonges, des hontes, des regrets et des colères qui l’habitent au plus profond d’elle-même, cela construit un sentiment de profond malaise et d’insécurité. Lentement mais sûrement.

L’amant ou la maîtresse fait tout pour fuir, oublier ces dissonances et ces incohérences fortement ancrées. Mais dans le même temps, elle doit séduire, approuver, oublier ses propres besoins, se conformer aux besoins de l’autre. Elle n’est pas en « disposition d’elle-même » pour pouvoir profondément « Être » qui elle est réellement. C’est donc une autre personne que ce qu’elle serait si elle était libre de toute scorie existentielle c’est à dire authentique, vraie et sincère.

Certaines personnes s’accrochent à une relation extraconjugale comme un montagnard suspendu à une corde sur la falaise abrupte qui le défie... notamment par peur de l’abandon ou d'autres peurs irrationnelles. D’autres au contraire cumulent les conquêtes afin de ne laisser aucune chance à « La Rencontre » et la découverte d’elle-même et du partenaire. Elles perpétuent ainsi la dévalorisation qu’elles ont d’elle-même et des autres, tout en ayant l’impression, par effet de prisme, de faire le contraire.

Pour la sexologue Ghislaine à Paris, le fait que ce sont le plus souvent des femmes qui se retrouvent « maîtresse » d’un homme marié ou même célibataire mais ayant plusieurs femmes à sa disposition, c’est une preuve de virilité. C’est troublant !

Et pour les femmes ce serai dû aux nombreuses déceptions passées.

Avec le temps et l’expérience, j’ai constaté que ce sont le plus souvent des hommes et des femmes décrits comme intelligents qui ont adoptés ces scénarios cycliques de répétition. Cela aussi est troublant.

Parmi les possibilités qui sont offertes aux personnes désireuses de sortir de ce cercle infernal il y a des techniques de découvertes et de « reprogrammations ». Elles ont largement faits leur preuves et sont actuellement très répandues chez les thérapeutes et coach en développement personnel et ce, notamment au travers de la PNL ou Programmation Neuro Linguistique ».

L'adultère n'est qu'un duo à trois.

Robert Sabatier