Le meilleur moment pour planter un arbre, c'était il y a vingt ans.
Le prochain, c'est maintenant...
Le besoin de sens est probablement la chose la plus fondamentale dont l'homme à besoin dans chaque actions  de sa vie...
C'est probablement cela, le début de la sérénité, s'accorder de nouveau avec son enfance pour éprouver avec plus de justesse et de sincérité tout ce qu'il reste de beau à vivre...
J'ai fini par acquérir durablement le sentiment de l'éphémère...
Attendre qu'une autre personne vous rende heureuse est le meilleur moyen d'être malheureux...
Bâtir des ponts entre vos besoins et votre Être profond, voilà un projet porteur de sens... 
Faites attention à ce que vous voulez parceque vous l'aurez...
Vous avez deux vies; la deuxième commence à l'instant précis où vous vous rendez compte que vous n'en avez qu'une...
Le monde est plus beau parce que vous en faites partie...
Peu importe qui vous êtes ou qui vous avez été, vous pouvez maintenant être qui vous voulez...

La susceptibilité

SusceptibilitéSi une phrase, un comportement ou une personne vous blessent et que cela se répète souvent dans diverses situations et avec différentes personnes, il y a de fortes chances pour que vous fassiez partie de la famille des "hypersusceptibles".Ce travers vous pourri la vie et vous avez de la peine à en comprendre l'origine.

La susceptibilité trouve son origine dans une sensibilité exacerbée de son amour-propre ou exprimé de manière plus directe, il s'agit d'une fragilité narcissique.

De manière générale on peut distinguer trois catégories distinctes liées à cette difficulté sociale :

  1. Les personnes très discrètes, effacées, timides et peu sûres d'elles-mêmes
  2. Les personnalités narcissiques, centrées sur leur besoins primaires et qui, à l'inverse des personnes discrètes, ont une estime démesurée de leur personne
  3. Les sensitifs paranoïaques, dont font notamment partie les manipulateurs pervers narcissiques

Ces trois profils de personnes se retrouvent aux prises avec plusieurs difficultés liées à leur caractère ainsi que leur fonctionnement.

La première est qu'ils se comparent et observent en permanence les comportements, attitudes et réactions des autres. Ils font cela pour tout, par nécessité et afin de couvrir leurs besoins.

La seconde est qu'ils sont souvent contrôlants. Il devient alors vital pour eux de se rassurer en se donnant l'impression de maîtriser leur environnement. Ils peuvent le faire de mille manières différentes comme par exemple user d'un jeu de séduction démesuré et permanent, se placer de manière inapropriée dans une position d'autorité, faire preuve d'un paternalisme (ou maternalisme) exagéré...

La troisième est qu'ils présentent le plus souvent un terrain favorable à la négativité. Ce sont souvent des gens qui ont une tendance légère au négativisme, "aux petites déprimes" mais tententes de cacher ce travers.

De la difficultés nacrissique

Une personnalité narcissique s'identifie de manière quasi permanente à l'image qu'elle envoie ou obtient des autres. Ses neurones miroirs font alors un amalgame et entrent  en décalage entre la réalité et la perception.

Alors comment corriger ce défaut qui péjore la qualité de vie et chasser cette susceptibilité ? Plusieurs moyens s'offrent à vous; chacun demande d'être attentif aux différents signes qui vous indiquent que vous avez reçu une petite ou grande blessure.

  • Entrez en "métacommunication"
  • Considérez les faits et mettez-les en liens avec vos émotions tout en gardant en premier lieu à l'esprit que vous vous efforcez de réduire votre susceptibilité
  • Comprenez que vous ne connaissez pas l'état d'esprit actuel de votre "pseudo-agresseur" (Il s'est mal réveillé...il a des difficultés au travail ou dans sa vie privée...il fait une rencontre désagréable 5 mn avant de vous croiser...des pensées négatives l'habitent actuellement...)
  • Entrez en communication avec la personne et posez des questions : que veux-tu dire exactement par cela ? Y a-t-il de l'ironie dans ce que tu me dis ?

Et gardez bien à l'esprit que ce que dit l'autre lui apparient ! Vous n'êtes en aucun cas responsable de son "mal-vivre". Et vous n'êtes pas non plus une éponge ou un réceptacle à parole au malaise des gens.

Trop de susceptibilité nuit toujours au bonheur...